Anecdotes photographiques №2 Après l’Hermine, le Harfang

Il se tient parfois sur les roches du quai, parfois sur une branche ou encore au milieu d’un champs. C’est le Harfang des neiges.

Ce visiteur hivernal fait rêver plusieurs photographes et passionnés de la nature.

J’ai eu la chance de voir ce majestueux rapace a de multiples reprises, dans différents milieux et contextes. Étant soit curieux ou farouche, chaque individu croisé semblait avoir une attitude différente à mon égard.

J’ai vu plusieurs personnes courir les harfangs. Rarement l’inverse. Pourtant l’individu que vous voyez sur la photo m’avait en quelque sorte adopté. Au fil de mes rencontres avec cet oiseau, ce dernier me laissait approcher de plus en plus. Il ne semblait plus manifester de méfiance à mon égard. Ou bien commençait il a me connaitre et à me faire confiance? Bref. Je me rappellerai toujours le moment où je surpris des corneilles s’en prendre au harfang. Après que j’eu réussi à faire fuir les nuisibles corvidés, mon ami ailé est allé se percher sur un rocher. J’attendit plusieurs minutes avant de commencer mon approche, question de le laisser se remettre de ses émotions et ne pas le stresser davantage. Tout se passa bien comme a l’habitude. A la fin, je retournai à ma voiture et juste avant de monter à son bord, je tournai la tête vers le rocher. Le Harfang n’y était plus. En sondant les environs, je finis par le voir poser au sommet d’un poteau électrique a quelques mètres de mon véhicule. Pensez-en ce que vous voulez, mais je crois que cet oiseau avait compris que ma présence faisait fuir les corneilles et qu’il avait intérêt à rester prêt de moi pour avoir la paix. Je vous jure que c’est exactement ce qu’il a fait. Cela s’est passé ainsi plusieurs fois de suite avant que je cesse définitivement de le voir.